×

Action Réaction

Action Réaction

La réaction : Ce détachement physique est sans lien immédiat avec la balle, seule la vue l’assure. C’est dû en partie à cette posture stato-dynamique d’où tout doit partir. Il faut créer un mouvement circulaire en vue de projeter le club par les mains au contact de la balle pour la faire partir, et ce, quel que soit le swing utilisé. Comme vous le savez tout part du haut, par la vue, les mains, directement en lien avec le cerveau, les membres inférieurs en étant éloignés, il sera plus difficile de les coordonner et de les synchroniser avec les membres supérieurs. Ce qui implique une décision et un choix d’action difficile à structurer. Souvent et grâce à son adresse naturelle, le corps a la capacité de compenser l’ensemble du mouvement, ce qui reste très aléatoire et risque d’augmenter les contraintes articulaires et musculaires, de réduire les rapports de force en vue d’envoyer plus loin, de provoquer des trajectoires difficilement contrôlables, de ne pas pouvoir identifier et gérer physiquement son swing, mais permet de jouer comme l’on dit “avec les moyens du bord, et certains de s’en contenter”. C’est un jeu d’adresse.  Cette notion de réaction, est un contenu de stimulations qui se défini dans le temps et l’espace-temps. Elle se traduit par la capacité de mettre en harmonie, toute une chaîne articulée, structurée et mesurée en temps réel. Ce qui fait appel à tout un contenu découlant d’éducatifs dont nous définirons la forme.   Par exemple :  La position stato-dynamique du golfeur est comparable à celle d’un sprinter placé en position de départ dans ses starting-blocks. Leur point commun réside uniquement dans la mise en action.  

Chez le sprinter il sera déterminé par un signal, l’objectif est bien entendu de sortir vite des starting-blocks, mais surtout le plus techniquement et structuré possible, donnant un sens logique à l’interaction de tout l’ensemble de ses segments corporels du haut et du bas du corps. La difficulté reste, l’interprétation de sa réaction entre le prêt annoncé par le starter et le coup de signal au pistolet. Chez le golfeur, il n’y a pas de temps déterminé, n’y de signal de départ ce qui devrait être beaucoup plus facile, mais encore faudrait -il savoir sur quoi repose son champ de réaction par rapport à la balle. Sachant qu’il y a deux phases possibles voir trois.  – La prise de l’élan  – La transition  – Le retour optimisé vers la frappe de la balle   Chez le sprinter : – le départ – la mise en action – la transition vers l’optimisation

La réaction et la mise en action est la même que celle du sprinter, la plus structurée techniquement possible. Il n’est pas nécessaire de partir vite ou à l’emporte-pièce, ce qui peu être synonyme de manque de contenu, de maîtrise et de compétences, ce qui se traduit par une déstructuration souvent ingérable mais heureusement compensée. Bien sûr dans les deux cas vous connaissez les risques et les conséquences, malgré tout cela n’empêche pas de courir ou de frapper la balle mais… Ces deux disciplines ont en commun les mêmes principes de mobilités articulaires et musculaires mais pas les mêmes critères.  L’Athlétisme est une discipline athlétique et non un jeu. Sa recherche est uniquement basée sur la performance d’une ou plusieurs disciplines, soit : – Chronométriques (courses, haies, cross, marathon Distances (lancers disques, marteaux, javelots, poids) – Sauts (hauteur, longueur, perche, triple-saut)  Ce qui demande à la base certains critères et qualités physiques et athlétiques spécifiques. Sa pratique demande un entraînement très rigoureux, précis et structuré d’où les Educatifs. 

A l’inverse le golf est un jeu d’adresse, de loisirs avant tout “voir l’histoire du golf”. Cette discipline peut se pratiquer à tout âge, de 7 à 77 ans, sans critères physiques et sportif particuliers. Elle s’associe aux activités de nature, de bien-être, et de santé globale d’entretien (marche, mobilité). Elle est reconnue dans les instances sportives à travers le très haut niveau ( Pga Tour, Lpga , European Tour) où la performance athlétique est indispensable, et grâce aux Vecteurs de visibilités médiatiques (tv, réseaux sociaux, revues, presse) nous sommes influencés et informés quasiment en temps réel, des techniques nouvelles du swing, des innovations technologiques, du matériel, de l’enseignement, qui sont un plus, inspirant et tirant vers le haut pour tous. Tout le monde n’aura pas le swing de Tiger Wood, la dextérité du petit jeu de Phil Mickelson , le drive de Kyle Berkshire, mais ils nous permettent tous d’évoluer et de progresser aussi bien pour sont plaisir personnel que pour la performance.    

Partager :

Laisser un commentaire